logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

23.08.2012

La mer qu'on voit danser

Date : 23 août 2012

Catégorie : Jeu d23aout.jpge mots

merangène

mercaptan

méristème

Consigne : avant de quitter la mer, voici trois mots rares commençant par les mêmes lettres. Utilisez-les avant d'aller en voir la signification.

 

 

00:05 Publié dans 08-Août, Jeu de mots | Commentaires (6)

Commentaires

Quand nous étions gamins, tout le village a eu droit à son surnom. Notre instituteur s'appelait Maîtrec, comme maître d'école, c'était simple, et le système a été étendu.
L'épicière, dont la boutique affichait Madame Angèle, s'était transformée en "mère Angèle" et comme un copain peinait à prononcer les mots qu'il voulait, il bredouillait souvent "la merangène", ce qui devint la version partagée de tous !

Mais ne croyez pas que cette déformation fut la seule, la femme du chef des pompiers est devenue la "mère capitaine" avant d'être américanisée en "mercaptan". Je me souviens aussi de la mère du quincailler, un vieux garçon ; elle répétait à l'envi "c'est un sacré système", à propos de la politique, de la religion, des histoires de starlettes : "c'est un sacré système" et dès qu'une découverte promettait un avenir meilleur : "c'est un sacré système". Alors, sur nos fonds baptismaux, elle reçut le nom de "mère système" avant d'être tronquée en "méristème".

C'est bien tard que j'appris le sens de ses mots bricolés et je découvrais ainsi que dans nos jeux d'enfants, nous utilisions "un sacré système"!

Écrit par : Robert Faune | 23.08.2012

Mérangène, mon amie d'enfance me dit un jour :

- Et si nous allions passer quelques jours à Brest ? J'aimerais tirer quelques bords avec mon bateau, d'autant plus que je viens de faire poser dessus un Mercaptan

-Ah bon, dis-je dubitative, mais qu'est-ce que c'est ?

-Mais si tu sais, je t'en avais parlé, c'est une nouvelle voile très utile en cas de grand vent !

-Pourtant répliquai-je, dans le guide Meristène du parfait navigateur ils mettaient en garde contre toute ces nouveautés qui pourraient s'avérer dangereuses

Écrit par : f.jegou | 30.08.2012

Visiblement, les consignes de la rubrique "jeux de mots" vous mettent en verve.
Celle sur les trois MER permet de mesurer tous vos... mérites !

Écrit par : Jean-Patrick | 30.08.2012

Entre deux seuils ...

Au clair de Lune, je prends une cuite. Oui, je sais, c'est pas bien. Je suis face aux vagues avec une de leurs cousines : vague à l'âme. Les pieds sur le sable encore chaud de la journée, je vaporise mon écume d'alcool aux flux de chaque tentatrice de grignoter le rivage. J'attends ma rédemption.

J'ai quoi, pour en arrivée à me prendre des degrés à faire jaser tous les foies du mondes. Et bien, j'avoue, et avec une difficulté certaine, (les apparences sont trompeuses), que j'ai chopé une merangène. Oui, je sais, c'est louche et pourtant.

J'étais au carrefour des Huis Saints, à un stop. Là, rien de bien méchant. Je suis à vélo, tranquille. Je pose mon pied gauche à terre. Je vois passer une voiture, deux voitures, trois voitures, … à ma droite. Quand, je suis pris par une sorte de crampe et mille deux cent cinquante et une micro piqûres ( j'ai compté, oui, oui) entre l'aine et le genou gauche. J'ai serré les dents et le reste. La durée de cette douleur est pour moi indéterminée, je me suis réveillé dans un lit, aux urgences. Le diagnostic a été sans appel : une merangène, celle incurable.

Au début, on y croit pas et on se laisse aller à des injures copieuses sur la vie et le monde en général, qui lui, en particulier se moque bien de l'individu, avant de sombrer dans un fleuve de larmes du nom de Pessimiste.

Après quelques semaines de mise à l'écart de la culture industrieuse et consommatrice, j'ai décidé de me procurer une plante rare qui grimpe au arbre comme le lierre : la mercaptan. Sa sève mélangée à du bicarbonate et à de l'estragon doit être bu au premier quart de Lune de décembre, accompagné d'un alcool à dévaster le premier virus de la grippe qui se pointe.

J'ai attendu plusieurs mois ce fameux quart de Lune de décembre. Mon état de santé se dégradait comme les ruines d'Izumo et je devenais au fil des jours, blanc cadavre. Ce qui, inquiétait mon entourage et surtout mes collègues de boulot qui, je l'ai su par inadvertance entre un couloir et les toilettes que des paris avaient été engagés : mourra, mourra pas avant la fin de l'année.

J'étais au bord du gouffre, mais pas à l'intérieur. Pour mettre toutes mes chances de survie, voire guérir ( l'espoir est l'apanage des pauvres), je me suis procuré sur l'île des Singularités, un quartz très rare : la méristème. Il émet des ondes radioactives de faible portée, tel que le silicium. Il faut, avant de le poser sous la peau, (fesse gauche de préférence) le tremper trois jours dans une eau de rose et de poirier. L'opération sous cutanée se fait en toute discrétion dans une cave de terre battue, entre liqueurs et fromages, sans anesthésie.

A quand le retour à la vie ? Je suis vide entre les gouttes d'eau qui s'écrasent sur le sol, sans un cri. Y aura-t-il un demain? Dis-mois, la Vie ? Regardes-toi le nombril et moi, que suis-je pour toi ? Une molécule parmi d'autres ? Oui, tu as raison. Tu es chroniquement vivante et moi chroniquement mort. Mais c'est quoi la mort ? Tu ris ? Pour toi, elle n'a pas d'existence. Un simple mot, une transition : éteindre, allumé.

C'est moi qui suis allumé. Je divague sur la plage. Je n'ai plus froid. L'effet de l'alcool ? Ton effet à toi, qui me reprend dans tes bras, la Vie ?

© Max-Louis MARCETTEAU 2012

Écrit par : Max-Louis | 02.09.2012

Voilà pourquoi vous comptez davantage sur la méristème que sur les collègues (rires).
C'est de la belle ouvrage !

Écrit par : Jean-Patrick | 03.09.2012

Merci à vous :)

Écrit par : Max-Louis | 03.09.2012

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique